Summer Ba Gua

Summer Ba Gua Retreat 31 July – 5 August 2016
Learn Ba gua Improve Ba gua Learn new training methods and routines

[En français dessus…]

The Taoist circle Walking martial art and meditation method can be learnt by anyone with a reasonable level of fitness. The methods taught at Tourné present many new ways to approach exercise and meditation.  Beginners will learn the basic stepping techniques. Many of these techniques can be adapted to suit body type and flexibility. Circle walking stepping methods generate strong internal twisting, one of the elements that make circle walking highly energising.Circle walking is undertaken at various speeds from the slowest possible speed-where a single step might take many seconds or even minutes-to the fastest speed that can be comfortably undertaken without generating stress, fatigue or breathlessness. Understanding how to and when to vary walking speed is a key to making the nervous system smoother, especially in response to stress.

“Through repeated practice, these forms provide a useful field of endeavour in which adherence to form naturally and without effort or intent, releases adherence to form. Freedom without intent, a reflection of naturally arising perfection.”

This is the basic practice proposition of the summer ba gua  retreats at Tourné: using form to transcend any technique, dogma, religious or cultural bias. Technique relies upon the creativity of the mind, specifically here of those masters whose ba gu techniques have persisted for generations. Technique is not discredited or inferior, it is simply not perfect until it transcends creativity and technique itself-we use a technique in ba gua because it is instructive, it opens the creativity of the mind to better and more efficient functioning of the body, better integration of emotions and energy. Technique is never perfect until there is no longer any need for it. Even beginners can experience this simply through relaxing regardless of perceived levels of expertise.

Ba gua has a large array of techniques and methods to appeal to any serious yogi or martial artist in any tradition. The purest expression of ba gua -or any art- is concomitant with the realisation that nothing exists intrinsically. At the practical, manifest level, this realisation is not confined to a mental process, it is naturally emergent like a the wind: its impact and tangibility cannot be denied, but it cannot be grasped even though we give it a name.

I ching is just this: once it has been investigated, change cannot be denied or held back at will. Change follows patterns, cycles and seasons. But when and how change arises cannot always be predicted with certainty. It is the unpredictability of change that leads us to look or sense behind the metaphor of the trigrams: there is a basic space that is beyond even the Tai chi of yin and yang. Ba gua practice opens us to this. The practice of Ba gua itself is the pointing to what lies behind the trigrams.

As a study of the I ching, ba gua practice notices the different characteristics of change, the different circumstances and energies or feelings associated with change or impending change.

Real life is not mimicked or recreated in ba gua, the practice is an investigation into real life-the relationship between mind and form, between awareness and objects appearing in awareness.

How good is my ba gua?

-or tai chi, or meditation- how good do they have be? The simple answer in ba gua is that you just walk and change; in tai chi, it is a matter of harmonious movement where body-emotions and mind settle, in the purest or most radical meditation form, there is no mind; to be convinced, we have to look for it continually until there is absolute confidence in there being no mind to be found. Alternatively, the mind is wide-open infinite clarity and we all have it. we all walk, we all combine yin and yang, we are all endowed with wide openness not as potential, but as actuality.

We can all experience the form and the essence of ba gua with ease. It has often been described as highly complex, the highest form of the three internal Taoist martial arts. If it deserves any of these labels, it is because practice of ba gua helps us arrive effortlessly at the taoist principal of tzu jan: all and everything is self arising. It is so clear in ba gua walking and changing it is surprising. We often miss it behind a wall of details and and strict adherence to form.

Yet it is through sustained practice that we can see how adherence to form enhances our experience of the moment if the practice routines emerge as non dual mind and form.

Truly, it is easier to see it directly than it is to grasp it when pointed out. Thus the masters offered methodology, allowing the natural awareness-Tzu Jan-to emerge in the only way it does, spontaneously and automatically. A method, when adhered to, offers more than expertise. Expertise is like the circus performer, it is compelling and it provides inspiration and an invitation, unmade, to realising Tzu Jan,  self arising independent evident truth.

Passion for ba gua is like passion for life, exactly and completely. We walk in circles, we change or we are changed or we try to change. We try to change in a particular way or fashion, adhering to this or that form; we try to walk in a particular way, stepping like this or like that. We follow ideas, we repeat what has been said by others, we try and be harmonious: as if we could be anything other than part of the harmony that has no definition!

RETRAITE DE BA GUA D’ ETE : 31 JUILLET – 5 AOUT 2016

APPRENDRE LE BA GUA, AMELIORER SA PRATIQUE, APPRENDRE DE NOUVEAUX ENCHAINEMENTS

La marche en cercle taoïste, art martial et méthode de méditation, peut être apprise par n’importe quelle personne ayant une condition physique relativement bonne.
Les pratiques enseignées à Tourné présentent de nouvelles façons d’appréhender les exercices et la méditation.
Les débutants vont apprendre les techniques de base de la marche. Ces techniques peuvent être adaptées afin de convenir à chaque type de corps physique et à chaque niveau de souplesse.

La pratique de la marche en cercle génère des torsions internes fortes, c’est un des éléments qui font de la marche en cercle une pratique très énergisante. La marche en cercle est pratiquée à différents niveaux de vitesse, depuis des vitesses très lentes pour lesquelles un simple pas peut prendre plusieurs secondes ou même minutes, à des vitesses très rapides qui peuvent être suivies sans générer de stress, de fatigue ou d’essoufflement.
Comprendre comment et quand modifier la vitesse de la marche est un point clé afin de rendre le système nerveux plus doux, spécialement lorsqu’il doit répondre à un stress.

« Par une pratique répétée, ces formes fournissent un champ de travail dans lequel le respect de la forme conduit à lâcher  la forme, naturellement et sans effort ou intention.
La liberté sans intention, un reflet  de la perfection qui surgit naturellement. »

Voici ce qui est proposé comme base pour la pratique du Ba Gua durant les retraites d’été à Tourné : Utiliser la forme afin de dépasser n’importe quelle technique, dogme, parti pris religieux ou culturel. La technique repose sur la créativité de l’esprit, spécialement ici, sur celle de ces maîtres dont les techniques de Ba Gua ont perduré depuis des générations.

La technique n’est pas déconsidérée ou inférieure, elle est simplement imparfaite jusqu’à ce qu’elle dépasse la créativité et la technique elle même – nous utilisons une technique en Ba Gua parce que c’est instructif, cela ouvre la créativité de l’esprit à un fonctionnement meilleur et plus efficace du corps et à une meilleur intégration des émotions et des énergies.
La technique n’est jamais parfaite, jusqu’au point ou il n’y a plus besoin de technique. Même les débutants peuvent expérimenter ceci, simplement par le relâchement, indépendamment du niveau de pratique perçu.

Le Ba Gua présente un large éventail de techniques et de méthodes pour intérésser n’importe quel yogi ou artiste martial de n’importe quelle tradition.
L’expression la plus pure du Ba Gua, comme de tout art, arrive avec la réalisation que rien n’existe intrinsèquement. Au niveau pratique et évident, cette réalisation n’est pas réduite à un processus mental, elle apparaît naturellement comme le vent : son impact et sa tangibilité ne peuvent pas être niés, mais cela ne peut pas être saisi, même si nous lui donnons un nom.

Le Yi-King est juste ceci : Une fois qu’il a été expérimenté, le changement ne peut pas être refusé ou retenu par la volonté. Le changement suit des schémas, des cycles et des saisons. Mais il n’est pas possible de prédire de façon certaine à quel moment et comment il va se produire.

C’est l’imprévisibilité du changement qui nous conduit à chercher ce qu’il y a derrière la métaphore des trigrammes : Il y a un espace de base qui est au-delà même du Tai Chi du Ying et du Yang. La pratique du Ba Gua nous ouvre à cela. La pratique du Ba Gua elle même est ce qui pointe vers ce qui se trouve derrière les trigrammes.
En tant qu’étude du Yi-King, la pratique du Ba Gua met en relief les différentes caractéristiques du changement, les différentes conditions et énergies ou sentiments associés avec le changement ou avec l’imminence du changement.

La vie réelle n’est pas imitée ou recrée dans le Ba Gua, la pratique du Ba Gua est une étude de la vie réelle même – des relations entre l’esprit et le corps, des relations entre la conscience et les objets qui apparaissent dans la conscience.

MON BA GUA EST IL BON ?

Ou mon Tai Chi, ou ma méditation, comment cela doit-il être pour être bon ? En Ba Gua, la réponse consiste simplement à marcher et à changer de sens, en Tai Chi, c’est une question de mouvements harmonieux durant lesquels le corps, les émotions et l’esprit deviennent calmes. Dans la forme de méditation la plus pure ou la plus radicale, il n’y a pas d’esprit ; pour en être convaincu, nous devons rechercher l’esprit en permanence jusqu’à ce que l’on ait la certitude absolue qu’il n’y a aucun esprit à trouver.
L’esprit est clarté ouverte à l’infini et nous l’avons tous, nous marchons tous, nous combinons tous le Ying et le Yang, nous sommes tous dotés de cette ouverture sans limite, non pas potentiellement, mais réellement.

Nous pouvons tous expérimenter avec aise la forme et l’essence du Ba Gua. Le Ba Gua a souvent été décrit comme une pratique très complexe, le style le plus élevé des 3 arts martiaux taoïstes. Si cela mérite ce titre, c’est parce que la pratique du Ba Gua nous aide à atteindre sans effort le principe taoïste de tzu jan : tout et toute chose surgit par elle même. Ceci est tellement clair lors de la marche et des changements de sens que cela en est surprenant. Mais souvent nous ne le voyons pas, concentrés que nous sommes sur les détails de la marche et le respect stricte de la forme.

Pourtant c’est par la pratique continue que nous pouvons réaliser comment le respect de la forme améliore notre expérience du moment présent si les enchaînements de la pratique émergent en tant qu’esprit et corps sans dualité.

Vraiment, il est plus facile de réaliser cela par l’expérience directe que de le saisir avec l’esprit lorsqu’on nous le décrit.
Ainsi, les maîtres nous ont offert des méthodes permettant à la conscience naturelle -Tzu Jan- d’apparaître de la seule manière dont elle puisse apparaître, spontanément et automatiquement.

Une méthode, lorsqu’on la suit, offre plus qu’un savoir-faire. Le savoir-faire est comme un numéro de cirque, c’est captivant, cela donne l’inspiration et nous invite en secret, à réaliser Tzu Jan, la vérité évidente, indépendante, qui apparaît par elle même.

La passion pour le Ba Gua est comme la passion pour la vie, exactement et totalement. Nous marchons en cercle, nous changeons ou nous sommes changés ou nous essayons de changer. Nous essayons de changer d’une façon ou d’une manière particulière, nous adhérons à cette forme ci ou à cette forme là, nous essayons de marcher d’une façon particulière, de faire un pas comme ceci ou comme cela. Nous suivons des idées, nous répétons ce qui nous a été dit par d’autres, nous essayons d’être harmonieux : comme si nous pouvions être autre chose qu’être part de l’harmonie qui n’a pas de définition.

Veuillez utiliser le formulaire ci dessous afin de réserver votre place :
515€ tout compris, hébergement et enseignements, 480€ si le montant est réglé avant le 15 Juillet.

 

 

 

 

 

 

please use the form below to reserve your place. 515€ full board, accommodation and teachings. 480€ if paid in full by 15th July.